« Pourquoi est-ce que tu fais de la musique? »

 …

Je ne peux pas me rappeler du premier moment où la musique est entrée dans ma vie. J’étais toute toute petite, si jeune que ce souvenir précis ne me revient pas en tête.

Les musiciens ayant entrepris leur passion plus tard répondent souvent à cette question avec un souvenir du moment décisif, de l’événement déclencheur de cette entreprise incongrue qu’est la découverte et la poursuite de son art. Eux connaissent les raisons qui les ont poussés vers la musique, et vers l’accomplissement de leurs rêves.

giphy

J’ai grandi dans un milieu familial où la musique était vitale, et inhérente au quotidien. Le matin, le midi, le soir et ce, du plus loin que je me rappelle. Je ne me rappelle pas avoir décidé que ça serait la musique, ça a juste été la musique, un point, c’est tout. Il y a de ces choses qu’on ne peut contester, et j’ai grandi en ne questionnant pratiquement jamais que c’est ce que je ferais dans la vie. J’ai toujours aimé me mettre en spectacle, et toujours su ce que je ferais en vieillissant.

Il y a donc de ces choses qu’on ne peut contester. Alors, comme on me demande pourquoi je fais de la musique, et comme je désire donner une réponse vraie, authentique, je suis forcée de penser à pourquoi j’écris mes chansons, à pourquoi j’écris ce que j’écris et au pourquoi du comment je décide de le faire.

J’aime faire des spectacles parce que j’aime ressentir que les gens aiment ce qu’ils entendent, et partager avec eux des sentiments forts. Et quand j’écris des chansons, j’aime penser à ces moments-là, ceux que j’ai créés en tant qu’artiste et ceux que j’ai vécus en tant que spectatrice. Les moments où peu importe que j’aies les yeux ouverts ou fermés, je connecte avec l’auditoire en poussant des notes qui transmettent mes émotions et partagent mon ardeur. J’écris pour ces moment-là, parce que ce sont ceux que j’aime le plus.

giphy1

Mais j’ai une indomptable aversion pour les chansons déprimantes non-constructives qui n’offrent pas de piste de solutions au malheur. J’adore les histoires tristes et heureuses, j’adore les pièces qui ont du vécu, et de la spontanéité. J’aime surtout quand la musique permet d’affronter l’adversité, et de se sentir mieux.

Quand j’écris, j’essaie de te faire du bien. Après tout, j’aime les gens.

Quand j’écris, c’est pour que la musique devienne pour toi un peu ce qu’elle est pour moi : un baume sur les blessures, une échappatoire, une fière amie, une éternelle confidente, mon aventure intrépide à tous les jours, ma raison d’être, et un prétexte idéal et créatif pour me permettre des extravagances autrement déplacées. (Pourquoi les gens ont le droit de chanter, danser et être fou un peu, mais seulement dans la douche le matin? * à votre place je ne danserais pas dans la douche, c’est risqué).

J’ai envie de te faire du bien.
Au sens musical du terme
Et dans tous les sens artistiques que ça implique.

C’est ça, La Carotte Polaire.

 

 

 

Advertisements

Une réflexion sur “Écrire des chansons pour faire du bien au gens | La Carotte Polaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s